Iran: les travailleurs du pétrole continuent de résister malgré la répression

Riceviamo e volentieri pubblichiamo questo aggiornamento (all’8 novembre) sulle iniziative di lotta degli operai dell’industria petrolifera iraniana “contro la povertà, le discriminazioni, le disuguaglianze e le brutalità su larga scala contro le donne e i lavoratori”. Iniziative che impattano anch’esse con la repressione del regime borghese islamico, come le manifestazioni di strada delle donne e di quanti sono solidali con esse. Rassicuriamo i nostri insonni censori che siamo in grado di distinguere tra le differenti classi e condizioni sociali e le loro diverse traiettorie storiche e contingenti, e lo facciamo a partire dall’inequivoco schieramento al fianco delle lotte dei proletari e delle masse oppresse (in questo caso femminili) di tutti i paesi del mondo senza chiedere l’autorizzazione per iscritto ai loro governanti. Se è vero che sull’esito di ciascuna di esse gravano sempre molteplici variabili e incognite, lo è doppiamente che nessun avanzamento della coscienza e dell’organizzazione di classe è possibile senza lottare. (Red.)

Les travailleurs du pétrole en Iran continuent de résister malgré la répression. Agir dans la poursuite des revendications ouvrières, dans le système capitaliste infernal de la République islamique, n’est pas sans risques, ni sans innombrables obstacles. C’est particulièrement le cas pour les travailleurs iraniens d’aujourd’hui, ceux qui tentent de lier les grèves ouvrières au mouvement de protestation actuel. Les travailleurs du pétrole avec leur conseil d’organisation et les travailleurs de la canne à sucre de Haft Tappeh ont fait les premiers pas courageux. Les déclarations ci-dessous montrent comment les travailleurs du pétrole luttent pour surmonter ces obstacles. Les contrats temporaires d’un mois qu’ils ont été contraints de signer, ainsi que la dispersion
de leurs lieux de travail à des centaines de kilomètres l’un de l’autre, montrent à quel point la voie à suivre est difficile.
En publiant ces déclarations, nous visons à renforcer la participation, la solidarité et l’intégration internationale des travailleurs, qui façonnent nos positions internationalistes fondamentales et critiques.

Nous faisons la grève en solidarité avec la lutte populaire

Un groupe de nos collègues travailleurs des projets pétroliers et pétrochimiques, sous le titre d'”artisans du pétrole et du gaz”, a annoncé une campagne pour une grève nationale dans le secteur du pétrole et du gaz en solidarité avec les luttes populaires et contre les répressions gouvernementales. La grève débutera le samedi 29 octobre par un débrayage dans les ateliers. Le Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole exige également la libération des travailleurs récemment arrêtés et détenus, ainsi que de tous les prisonniers politiques détenus lors des manifestations contre la répression gouvernementale. Il a donné un ultimatum aux travailleurs de ne pas rester silencieux face à ces conditions, annonçant la préparation de protestations de masse. Parallèlement à l’annonce de cette campagne, nous appelons à une grève nationale à partir du samedi 29 octobre. Le conseil d’organisation appelle tous les travailleurs travaillant dans les centres pétroliers et liés au pétrole, y compris tous les travailleurs contractuels et officiels et les collègues travaillant dans les services opérationnels, techniques et d’état-major et les chauffeurs d’approvisionnement en carburant, à se joindre à cette grève nationale. Ainsi, avec le peuple scandant « Femmes, vie, liberté », nous, les travailleurs du pétrole, ferons également grève le 29 octobre. L’une de nos revendications immédiates est la libération des collègues récemment arrêtés et détenus et de tous les prisonniers politiques, et nous crions de toutes nos forces, « les prisonniers politiques doivent être libérés » ! avec les gens scandant «Femmes, vie, liberté », nous, les travailleurs du pétrole, ferons également grève le 29 octobre. Nous devons souligner que, contrairement à ceux derrière la campagne de “l’artisan du pétrole et du gaz”, nos protestations n’ont rien à voir avec Cyrus le Grand Jour (1) et des célébrations comme celle-ci. La protestation de nos travailleurs est contre la pauvreté, la discrimination, l’inégalité et toute l’ampleur de la brutalité anti-femmes et antitravailleurs.

Le Conseil pour l’organisation des protestations des travailleurs contractuels du pétrole réclame l’unité et la solidarité de tous les travailleurs du pétrole. Nous, les travailleurs du pétrole, espérons pouvoir remplir notre rôle et notre devoir historiques avec notre grève puissante afin de réaliser les justes revendications du peuple et de mettre fin à l’oppression et à l’esclavage dans toute la société.

(Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole, 27 octobre 2022)

Pourquoi avons-nous reporté la grève ? Plus de travailleurs ont été arrêtés.

Le vendredi 28 octobre, un autre travailleur contractuel du secteur pétrolier, nommé Mohammad Malmali Golzari, a été arrêté par les forces de sécurité dans le parc Bibi Maryam de la ville d’Izeh. Jusqu’à présent, il n’y a aucune information sur le lieu et les raisons de l’arrestation de ce travailleur détenu. Selon les informations dont nous disposons, les forces de sécurité ont arrêté un grand nombre de travailleurs en pleine coordination avec la raffinerie et les forces de sécurité privées d’autres entreprises.

Compte tenu de ces conditions et de l’atmosphère policière de la plupart des milieux de travail, le conseil d’organisation, en accord avec les travailleurs, est parvenu à la conclusion de reporter temporairement la grève annoncée le 29 octobre et de déterminer ses futurs plans de protestation avec plus de préparation.

Il faut dire que le conseil d’organisation avait donné le premier ultimatum à la grève dans notre communiqué du 26 septembre pour protester contre la répression gouvernementale (2) , après quoi les confrères des chantiers pétroliers et gaziers se sont mis en grève dans plusieurs zones dans la continuité de les manifestations nationales populaires des 10 et 11 octobre et ont immédiatement été brutalement attaqués par les forces de sécurité, dont certaines sont toujours en détention. Face à cette répression, nous avons déclaré, et nous déclarons encore, que les travailleurs ne resteront pas silencieux.

Le Conseil pour l’organisation des protestations des travailleurs contractuels du pétrole insiste une fois de plus sur la solidarité avec les protestations populaires et leurs revendications déclarées et se prépare à des protestations plus étendues. Le conseil d’organisation met l’accent sur l’unité de tous les secteurs des travailleurs du pétrole. Les travailleurs du pétrole eux-mêmes font partie du même peuple qui proteste contre la pauvreté, l’oppression et les politiques anti-femmes et défend une vie décente.
Nos demandes immédiates sont : la libération immédiate des collègues de travail emprisonnés et de tous les prisonniers politiques récemment arrêtés, le retrait des forces de répression et des contractuels temporaires de nos lieux de travail.

(Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole, 30 octobre 2022)

Rassemblement de protestation à Asalouyeh

Selon les informations publiées sur les réseaux sociaux, les travailleurs du département de réparation du complexe de production d’urée pétrochimique de Pardis à Asalouyeh ont lancé un rassemblement de protestation. Ces travailleurs ont annoncé une grève
aujourd’hui, mercredi 2 novembre, car leurs revendications n’ont pas été prises en compte.

(Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole, 2 novembre 2022)

Deux de nos collègues, Farid Koravand et Mohammad Malmoli Golzari, sont toujours en détention

Comme vous le savez, lors des manifestations des travailleurs du pétrole en solidarité avec les manifestations publiques, plus de 250 de nos collègues ont été arrêtés les 10 et 11 octobre sur les sites de Yek Bushehr, Kangan et Phase 2 de la raffinerie d’Abadan. Durant cette période, sous la pression de l’ambiance contestataire dans l’industrie pétrolière et des ultimatums de leurs camarades de travail, nombre d’entre eux ont été libérés sous caution ou caution et même moyennant le paiement d’une amende. Selon des informations parvenues au conseil d’organisation, deux autres collègues, Farid Koravand, qui travaille sur le site de Yek, et Mohammad Malmoli Golzari, qui travaille à la phase 2 de la raffinerie d’Abadan, sont toujours en détention. On dit qu’un certain nombre d’autres sont toujours en détention, mais en raison de l’atmosphère policière qui prévaut et de l’existence de nombreuses unités et ateliers, nous n’avons pas reçu plus d’informations. Le Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole insiste sur la libération immédiate et inconditionnelle des travailleurs détenus. Avec la puissance des manifestations à l’échelle nationale, toutes les personnes arrêtées lors des manifestations populaires peuvent être libérées.

(Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole, 6 novembre 2022)

Rapport n°1 : Sur l’ambiance contestataire au sein du personnel permanent du ministère du Pétrole

Pour protester contre la non-application de l’article 10, le non-ajustement des tableaux d’embauche et l’absence de réponse aux autres revendications, depuis plusieurs jours, le personnel permanent de Pars Oil and Gas Company travaille sur 37 plates-formes gazières du Sud La région de Pars n’a pas envoyé ses rapports quotidiens sur le montant de l’extraction et de la production de ces plates-formes et leurs formulaires d’agenda de réparation aux autorités supérieures. Chacune de ces plateformes produit quotidiennement environ vingt-huit millions de mètres cubes de gaz et de condensats de gaz. Selon la réglementation du travail, la quantité de production de chaque plate-forme doit être signalée quotidiennement aux gestionnaires pour que le ministère planifie
l’utilisation urbaine dans les provinces, les usines et les industries alimentaires. Le non-envoi de ces rapports causera de sérieux problèmes au ministère du Pétrole.

A partir de demain 7 novembre, dans la continuité des actions de protestation, il a été décidé que les permanents refuseront leur repas quotidien sur le lieu de travail de manière coordonnée dans toutes les unités. En annonçant ces nouvelles et leurs décisions, les permanents racontent comment en moins d’une heure, le parlement a voté l’augmentation de 20% des salaires des forces armées, mais depuis plus de dix ans, ils ignorent la loi approuvée et ses clauses sur les moyens de subsistance des travailleurs du pétrole. Suite à l’annonce de ce mouvement de protestation symbolique, la direction de Pars Oil and Gas Company a annoncé qu’elle prévenait sérieusement que de telles actions encourageraient les ennemis de l’État islamique, les réseaux étrangers en profiteraient. Ils ont donc menacé que la publication de tout message encourageant les grèves et les perturbations dans le processus de production de pétrole et de gaz se heurte à une réponse légale. Malgré ces menaces, les travailleurs sont déterminés à poursuivre leurs protestations sous diverses formes. Le Conseil pour l’organisation des protestations des travailleurs contractuels du pétrole, tout en mettant l’accent sur la grève nationale dans tous les secteurs pétroliers, soutient cette action du personnel permanent et leur demande d’envoyer des photos et des vidéos de leurs actions de protestation à ce conseil afin de soutenir ces protestations.

(Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole, 6 novembre 2022)

Rapport n°2 : Sur l’ambiance contestataire au sein du personnel permanent du ministère du Pétrole

Le 6 novembre, nous avons publié un rapport sur les protestations du personnel permanent du ministère du Pétrole dans différentes zones opérationnelles. Dans ce rapport, il a été souligné qu’au début des actions de protestation, les travailleurs refuseront leur quota de nourriture, et ils commenceront ce mouvement de protestation symbolique à partir du 7 novembre. Malgré les menaces que le personnel permanent a reçues de la direction de Pars Oil and Gas Company et des services de sécurité de Petrorefineries, la protestation contre la non-application de l’article 10 de la loi pétrolière et le mépris pour les moyens de subsistance des employés a commencé et fait son premier pas. Nous avons reçu des photos de ces manifestations et grèves des employés officiels du pétrole et du gaz. Nous demandons à tous les travailleurs d’envoyer leurs rapports de protestations et des photos de leurs actions pratiques au Conseil pour l’organisation des protestations des travailleurs contractuels du pétrole. Nous mettons toujours l’accent sur la formation de protestations et de grèves à l’échelle nationale dans tous les secteurs de l’industrie pétrolière.

(Conseil pour l’organisation des manifestations des travailleurs contractuels du pétrole, 8 novembre 2022)

Remarques:

(1) Le jour de Cyrus le Grand a lieu le 29 octobre, jour où il est dit que Cyrus II de Perse, fondateur de l’empire achéménide, entra à Babylone. La fête est principalement observée par les nationalistes et les monarchistes iraniens.

(2) Voir : leftcom.org

Pubblicità

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...